À la DECOUVERTE DE Sapa

Première étape de notre trip au Vietnam et de loin la plus marquante ! Nous avons découvert la vie dans les hautes terres Vietnamiennes en nous immergeant 3 jours au sein d’une famille. Ce fut une expérience incroyable qui nous a appris un tas de choses sur la culture, l’histoire et la population de cette région mais également sur nous et sur notre façon de voir le monde.

Bon voyage ! 

Après avoir pris le train de nuit depuis Hanoï, dans lequel nous avons très bien dormit d’ailleurs, nous arrivons enfin à Sapa. Cette première étape du séjour nous l’avons attendu avec impatience et « appréhension » dans le sens où nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre. En effet, pour découvrir les rizières Vietnamiennes, nous avons fait le choix de faire appel à une organisation : Ethos Spirit. Ce n’est vraiment pas à notre habitude de nous laisser guider, en général nous aimons tout organiser nous-même afin de pouvoir être libre et de faire des économies, mais là nous ne voulions pas passer à côté de l’expérience de découvrir la région avec un guide et de vivre comme eux, le temps de quelques jours.

Quelques mots sur Ethos avant de vous raconter notre périple. L’entreprise propose des immersions totales ou partielles au sein des minorités locales afin que les touristes puissent en apprendre plus sur la culture, l’histoire et la vie dans les hautes terres du nord du Vietnam. Leur but est de nous faire vivre une expérience enrichissante tout en aidant les populations à subvenir à leurs besoins. Il faut savoir que dans cette région l’accès à l’eau, à l’électricité et à toute commodité est très difficile. Ethos verse alors une partie de ce que vous payez pour aider les familles à installer ce dont ils ont besoin. Par exemple dans la nôtre, ils ne souhaitaient pas avoir l’électricité mais ils voulaient avoir plus de couverture pour se protéger du froid. L’entreprise les leur a donc fourni. Ils sont également engagés dans l’autonomisation des femmes (il me semble que toutes les guides sont des femmes) et les questions environnementales. Je vous recommande à 200% de passer par cette organisation si vous ne souhaitez pas découvrir la région par vous-même. La prestation proposée est incroyable, l’équipe est sérieuse et respecte totalement ces engagements et les familles (en tout cas la nôtre) sont exceptionnellement gentilles et dévouées. C’est une vraie claque que l’on se prend en s’immergeant dans leur monde, ils n’ont (presque) rien et pourtant ils donnent tout. Une belle leçon de vie.

Une fois arrivés dans les locaux d’Ethos, nous posons nos affaires pour ne garder que l’essentiel pour ces trois jours de treks. Nous nous équipons en chaussure de marche dans une boutique du village qui en propose à la location et nous partons à l’aventure ! Notre premier stop se fait au marché de SAPA, nous y achetons tout ce qu’il nous faut pour les prochains repas. Notre guide, Song, nous explique qu’il n’y a pas beaucoup de marchés autour de son « village » et qu’elle doit régulièrement faire la route que nous allons faire aujourd’hui à pied pour venir chercher de la nourriture. Parfois, lorsqu’il ne travaille pas, son mari l’amène à moto. Une fois les courses faites, nous nous dirigeons vers les rizières. À peine sortie de la ville que la vue est déjà magnifique ! Nous avons de la chance, pour ce premier jour le temps est avec nous.

Sur la route, nous ne croisons personne si ce n’est quelques animaux et quelques habitants de la région. Aux alentours de midi, nous croisons un vendeur de « sandwichs ». Pour nous faire gouter, Song nous en achète 2 pour que nous puissions partager. C’est vraiment très bon et ça nous remotive pour le reste de la route avant le repas du midi. Quelques kilomètres, pauses pipis, pauses photos plus tard nous voilà arrivés dans la maison d’un membre de la famille de Song. Nous cuisinons du tofu à la tomate et des légumes puis mangeons avec eux. Malgré la barrière de la langue (nous arrivons très bien à communiquer avec Song qui parle parfaitement anglais et quelques mots de français), nous arrivons à communiquer et à échanger sur leur culture.

Nous continuons notre route vers la maison doucement mais sûrement. Nous avons continuellement une magnifique vue sur les rizières qui nous fait oublier que nous marchons déjà depuis plus de 10km. Le temps commence légèrement à se gâter mais heureusement il ne se met à pleuvoir qu’une fois que nous sommes à la maison ! Maison qui est à des années-lumières de ce que l’on connaît. 3 ampoules font office de lumières, un feu permet à la maison de se réchauffer, une grande pièce sans meubles sert de salle à manger / salle de jeux pour les enfants, deux chambres et un lit dans la cuisine permettent à la famille de dormir et les toilettes sèches sont au fond de la cour. Notre chambre est sur la mezzanine. Nous nous asseyons autour du feu le temps de nous réchauffer, de discuter avec Song et de jouer avec les enfants avant de commencer à préparer à manger. Au menu ce soir : nem et légumes ! et c’était juste INCROYABLE ! Les meilleurs nems que j’ai mangé de ma vie. Une fois le repas terminé et la table débarrassée, nous nous asseyons avec le père de Song (dans la maison vivent : sa mère, son père, elle, son mari, leurs deux enfants et 2 autres membres de sa famille) qui nous sert de l’alcool de riz. La première gorgée passe mal ! Petit conseil : lorsque vous n’en voulez plus, ne finissez pas votre verre sinon vous serez resservis !

Le lendemain matin (ou plutôt dans la nuit), nous sommes réveillés par les bruits du coq qui est entré dans la maison. La première nuit c’est plutôt rigolo et insolite (pour des gens de la ville comme nous en tout cas aha) mais au bout de 3 jours de treks et de courtes nuits, notre seule envie c’est que quelqu’un le fasse cuire à la broche (bien sûr je rigole, pauvre bête) ! Sur les coups de 8h nous descendons prendre notre petit déjeuner qui sera des frites et des pancakes. Encore une fois, je n’avais jamais mangé d’aussi bonnes frites !

Nous voilà ensuite partie pour notre journée de trek. Malheureusement, il y a énormément de brouillard et celui-ci ne se lèvera pas de la journée.. Malgré la pluie, ce n’en est pas moins une merveilleuse journée pleine de découverte, de fou rire et de chutes ! Les rizières étant très mouillées et donc très boueuses le sol est extrêmement glissant. Nos 17km du jour finissent de nous achever avec l’énorme montée qui nous permet d’arriver à la maison. Encore une fois nous avons de la chance, une pluie torrentielle commence à tomber lorsque nous arrivons. À notre arrivée, Song nous propose d’enfiler des tenues traditionnelles et de faire des photos.

Troisième et dernier jour, le temps s’est encore dégradé et cette fois c’est sous une grosse pluie que nous rentrons à Sapa. Avant de partir, nous prenons un dernier petit déjeuner en compagnie de notre famille d’accueil et cette fois-ci c’est dès le matin que le père de famille nous propose de boire l’alcool de riz que nous leur avons offert la veille ! Pendant cette dernière randonnée, encore énormément de chutes et de fou rires. Mention spéciale a la sangsue qui s’est accrochée à ma cheville lorsque j’ai glissé dans un fossé rempli d’eau et à Song qui m’a fait croire que j’allais en mourir parce qu’elle était super venimeuse ! Enorme moment de solitude lorsque tu es seule, loin de tout et sans réseaux :’)

Après 3 jours sas croiser un chat, le retour à la civilisation est brutal. Nous rentrons tranquillement dans les locaux d’Ethos ou nous prenons une bonne douche chaude (la première depuis notre départ car s’il y a bien un truc que nous n’avons pas réussi à faire c’est nous doucher au jet d’eau dans la cour. Pour notre défense il faisait vraiment très froid !)

Ce court séjour dans les hautes terres fut le plus beau moment de notre séjour. Nous étions trempés, sales, fatigués, courbaturés mais nous avons été accueillis avec tant d’amour, de bienveillance, de générosité que nous avons oublié tous les petits tracas. Les voir vivre comme ça, si différemment de nous, dans des conditions (que l’on peut considérer comme) extrêmement précaires nous ouvre les yeux sur la chance que l’on a de vivre en France. Mais est-ce réellement de la chance de vivre quelque part où tout est si facile d’accès, où l’on vit à 1000 à l’heure ? Cette famille nous a ramener à ce qui était vraiment essentiel : d’être ensemble, de partager un repas, de discuter autour d’un feu, de rigoler et de s’aider.

Avez-vous déjà eu ce genre d’expérience en immersion ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.